« Reconnecter le corps et l’esprit »

1KYU
Glen Monnard, Judoka vaudois et ancien compétiteur, nous présente son livre « Reconnecter le corps et l’esprit » aux éditions Les Impliqués à Paris.

Quelques extraits :

« J’ai toujours estimé que ce n’était pas un sport comme les autres. Au judo, le fort se laisse volontiers projeter au sol par le faible ; au même titre que le grand par le petit ou encore le jeune par l’ancien. Il n’y a pas de notions de victoire et de défaite aussi prononcée que pour les autres sports. La compétition est régie selon une règle de base : le respect. Le respect de l’adversaire, de la décision du corps arbitral et de la surface de combat. La motivation n’est pas uniquement liée aux résultats, mais aussi à l’apprentissage des différentes prises, la beauté du geste dans l’exécution ainsi que la possibilité de graduation (passage de ceinture). »

« On dit des marathoniens ou des coureurs d’ultra-endurance, qu’ils ont la capacité de court-circuiter, par le simple fait de leur volonté, le message de détresse que leur cerveau émet en réponse à la douleur physique à l’effort. Si l’endurance est un exemple parlant, sachez que chaque sportif, amateur ou professionnel, aura à gérer l’appel de détresse de son cerveau lors de la pratique de son activité physique. »

« Avoir des objectifs clairs et réalisables, c’est bien, concevoir un programme, c’est mieux. L’objectif représente l’idée, le programme, le processus, la mise en place de l’action. Planifier des entraînements avec intelligence, c’est déjà s’impliquer et battre notre résistance mentale. C’est éliminer certaines excuses de dernière minute, les « Je n’ai pas le temps », « Je n‘ai pas mes affaires », « Je suis fatigué ». »

« L’activité physique rime parfois avec les blessures. Souvent bénignes, parfois graves, elles surviennent le plus souvent à cause de la fatigue. Cette dernière altère notre réactivité tissulaire et diminue notre attention, d’où l’importance de la détecter et de se reposer en conséquence. »

« Il y a ceux qui n’en font pas assez… Et ceux qui en font trop. Souvent, les athlètes veulent tellement bien faire qu’ils en font trop, en sabordant les phases essentielles de récupération et surcompensation. Ils remettent le pied à l’étrier trop rapidement, ne laissant pas de répit à leur corps. Le surentraînement est un phénomène très insidieux qui s’installe progressivement. »

Le livre est disponible directement auprès de de l’auteur  (CHF 34.-) ou par courrier (CHF 36.-). Paiement accepté : espèces, twint, QR facture.

Pour plus d’informations sur le livre : https://www.glenmonnard.ch/

Pour les commandes, vous pouvez me contacter directement : glen.monnard@gmail.com  tél : +41788004114

Renseignements :

Photo de François Chavanne
François Chavanne
Président
Domicile Ch. du Moléson 12 Penthalaz 1305 Téléphone maison: 021 881 45 62 Téléphone mobile: 079 446 01 89 Site internet: Page Personnelle
Catégories : Comité, Resp. compétitions, Resp. Sport Etude
Retour haut de page

Auteur de l’article : Arnaud Vernay